Avant propos ( juin 2010)

Le récit du voyage effectué en Chine en 1978 est relu dans le cadre de la numérisation des images prises sur le terrain, opération effectuée en juin 2010 pour la BIPT par Franck Vidal. Les diapos couleurs et les photos en noir et blanc illustraient le récit ; celui-ci fournissait les légendes et le contexte des images. Texte et photos sont donc inséparables.
J’étais alors professeur d’histoire et de géographie dans l’enseignement secondaire, et je prenais les diapos pour les utiliser en cours. C’est pourquoi il fallait une certaine rigueur dans le classement et le repérage des images. S’il manque quelques photos dans l’ensemble numérisé, elles correspondent soit à des clichés de mauvaise qualité éliminés (par exemple la diapo 1), soit à des copies de photos prises par d’autres personnes du groupe, copies que j’avais intégrées au récit, mais que je ne peux ici reprendre à mon compte.
Le texte sur la Chine n’a pas été retouché, mais de rares passages personnels ou concernant la vie du groupe ont été supprimés. Il faut préciser que nous étions en grande majorité des professeurs d’histoire et de géographie, dans un voyage dont l’organisation avait été demandée à l’association des Amitiés franco-chinoises. En tant que membre de cette association, j’avais la responsabilité du groupe, servant d’intermédiaire entre celui-ci et les accompagnateurs chinois, et considéré par ces derniers comme le « chef ».
Ce récit de voyage peut paraître très favorable à la Chine. Je voudrais souligner les points suivants :
- aujourd’hui encore, j’en garde un excellent souvenir car nous avons été très bien accueillis ;
- on ne nous a pas tout montré, par exemple les prisons ; dans les communes populaires visitées, on nous a fait rencontrer des familles choisies ;
- c’est vrai, mais nous avons beaucoup circulé, beaucoup vu, et, non, ce n’était pas un voyage Potemkine ;
- enfin, je transcris les propos qui nous ont été tenus ; lorsque l’on nous parlait du rendement ou du pourcentage d’augmentation de la production, nous n’avions pas les moyens de vérifier ; et il m’est arrivé plusieurs fois de critiquer la tendance générale à faire porter toutes les difficultés à « la bande des Quatre ».

Rémy CAZALS

Le récit
Les images
HONG KONG